La quête du bon mascara

Allongement, séparation, effet faux cils…Trouver le bon mascara relève souvent de la quête du graal pour nous autres salopes. Pour vous aider à y voir plus clair au rayon maquillage, la rédaction de Salope Mag a choisi de dégainer ses favoris.

Il est loin le temps de la pâte noirâtre à base de poudre de charbon et de vaseline appliquée sur les cils… à l’aide d’un bâton (même si la vaseline continue à beaucoup servir, heureusement !) Des pionniers Rimmel et T.L Williams (Maybelline) au début du XXème siècle en passant par Helena Rubinstein et l’invention du premier mascara en flacon avec brosse intégrée en 1957 – les hommes inventent les femmes perfectionnent messieurs ! – en cent ans d’existence, le mascara s’est mué en un objet technologique aussi marketing pour les marques qu’indispensable aux amatrices de l’oeil de biche (ou de cochonne).

Brosse en élastomère (c’est fou les mots compliqués qu’on peut connaitre grâce à nos secrets beauté), goupillon à réservoir, double embout, texture gainante… L’offre est désormais si vaste qu’il devient parfois difficile de se repérer au rayon beauté (sans parler de trouver le rayon en question quand on a aucun sens de l’orientation…) A la rédaction de Salope Magazine, les journalistes ont pourtant chacune leur(s) favori(s). Explications.

mascara2

Youpi j’ai plein de cils !

 

Mascara Telescopic L’Oréal, 15,50 euros: J’ai naturellement de longs cils recourbés, eh ouais, je suis une salope au naturel, ce qui ne m’empêche pas d’être perpétuellement à la recherche du mascara qui me fera des cils encore plus longs (parce que je suis avide aussi). Je suis plutôt fidèle au Telescopic de L’Oréal car il remplit bien cette fonction d’allongement des cils, tout en les séparant un à un. A proscrire donc si vous recherchez surtout du volume (pour les connes qu’ont pas de cils). J’aime aussi la brosse peigne en silicone qui permet une bonne répartition du produit.

Mascara Surrealist Everfresh d’Helena Rubinstein, 40 euros: Le seul mascara qui me fait faire des infidélités au Telescopic (et pourtant les infidélités, je m’y connais, bisous chou si tu me lis !) Il est plus cher (40 euros contre 15 pour le L’Oréal), mais on sent la différence, et puis, qu’est-ce que 25 euros ? A peine une entrée dans un Costes… D’abord parce que son design en fait un objet de luxe, et le luxe, ça, on aime toutes, ensuite parce que la brosse est d’une incroyable efficacité. Courte et touffue, elle ne paie pas de mine (je les préfère longues et glabres, mais attention, bien dures) mais permet en fait une application rapide et très facile, avec une extrémité qui atteint sans peine le coin de l’oeil. Les cils paraissent plus longs et plus fournis… Mon chouchou du moment.

Gosh Growth mascara, 14,90 euros chez Marionnaud: Une très bonne surprise que ce “petit” mascara qui a finalement tout d’un grand. Même si ma référence reste le Diorshow Iconic de Dior (effet faux cils à la Natalie Portman garanti), celui-ci – outre son prix mini – gaine mes cils en un seul passage, tout en les séparant de manière optimale grâce à sa brosse bombée en elastomère (je déteste les brosses en poils synthétiques avec lesquelles je ne réussis qu’à faire des paquets sur mes cils fins ; en plus, “élastomères” ça sonne mieux). J’aime sa texture pâteuse – mais pas trop – qui ajoute du volume autour de chaque cil. Enfin, je loue sa tenue 10h impeccable, sans effritements malheureux au coin des yeux (tenace, il nécessite un bon démaquillant biphasé, voir triphasé en 50 ampères). Cerise sur le gâteau, il contient un actif de croissance pour des cils plus longs et épais sur la durée. Seul défaut : pas assez cher.

Mascara Couvrance haute tolérance d’Avène, 18 euros (en parapharmacie et sur Internet): Il est vite devenu indispensable à mes yeux sensibles, en proie à quelques périodes critiques (allergies, vent…). Avec sa brosse maligne voire odieuse) double face – là encore, en élastomère, décidément – il permet, grâce au côté creux, de recourber ma frange de cils à la racine avant de les séparer facilement grâce à son côté bombé. Pas d’effritements à déplorer en fin de journée, et une texture fluide qui permet une application rapide et uniforme ainsi que la superposition des couches. En bref, un parfait basique “safe” facile à démaquiller, idéal pour les porteuses de lentilles et pour celles qui souhaitent un allongement sans chichis.

SMLa quête du bon mascara