Crise du logement

Je ne sais pas quoi faire avec Sophie.

Cela fait longtemps qu’on est ensemble. Enfin. C’est la théorie.

En pratique, elle baise en dehors du couple et moi pas. Elle m’a bien proposé de venir regarder ses ébats, mais j’hésite. Elle me dit que ce serait une masturbation améliorée pour moi. Sans doute. Je ne suis toutefois pas sûr que cela soit plus satisfaisant. J’ai bien essayé de la ramener dans un club échangiste, histoire d’en profiter, mais elle préfère plutôt y aller avec ses amants qu’avec moi.

Je ne peux toutefois pas la quitter.

Depuis que j’ai perdu mon job, j’ai du laisser mon studio et j’ai emménagé dans le sien. Heureusement qu’elle continue à bosser d’ailleurs. Sinon, étant donné que je reste cloîtré toute la journée dans les vingt-cinq mètres carrés de l’appartement, cela serait vite devenu invivable. Cela dit, elle découche deux soirs sur trois. Donc ça va bien.

Elle dort de plus en plus souvent à l’extérieur d’ailleurs.

J’ai peur qu’elle parte vivre avec son amant le plus régulier.

Je me retrouverais à la rue.

Alors j’essaie de me rendre indispensable.

Je nettoie une fois par mois le studio. Je range ma vaisselle sale dans l’évier. Je fume à la fenêtre et non plus sur le lit. Je fais des efforts quoi. Mais, Sophie est une dure, ça ne semble pas marcher. J’ai bien essayé de coucher avec elle pour me l’attacher. Mais elle ne veut plus que je la touche. Elle a même acheté un godemichet. C’est un peu humiliant quand même. Surtout quand elle fait ça lorsque je suis là. Et que je n’ai même pas le droit de regarder. D’ailleurs, un soir où pudiquement je lui tournais justement le dos, elle a essayé de me sodomiser avec. Ça m’a un peu choqué. Elle, ça la faisait rire. Mais elle m’a menacé de me foutre dehors si je résistais.

Alors voilà…

J’ai essayé d’en parler avec son frère, mais il m’a foutu une beigne en me traitant de gros dégueulasse. Alors j’ai téléphoné à mon pote Robert, voir s’il pouvait pas m’héberger provisoirement. J’ai laissé quelques messages sur son répondeur mais il ne m’a pas encore répondu.

Il doit encore être en vacances.

SMCrise du logement